VISIOFORMATION SKILFI

Visio-formation : comment j’ai tordu le cou à un préjugé

A l’origine le doute…

Consultante coach depuis plus de 20 ans, rompue à l’animation en face à face (en individuel ou en collectif), il y a encore quelques années (5 ans ?) alors que la visioconférence, skype étaient déjà des supports bien installés, je restais très dubitative sur un coaching ou un mentoring en visio-formation. Je restais persuadée que seul le présentiel apportait du lien, permettait au coach de percevoir les éléments non verbaux etc…je me trompais.

« Sous un problème, il y a une opportunité » Lincoln

C’est grâce à un client qui a dû partir en mission à l’étranger au cours d’un accompagnement, qu’il a fallu trouver un moyen de poursuivre le travail : téléphone ou skype ? Ce fut skype car j’avais des documents à partager avec lui.

Non seulement je découvre que mes réticences avec le distanciel ne sont pas fondées, mais j’apprends de cette expérience : que faut-il faire pour que cela « marche » ? Je connaissais mon client et donc de part et d’autre un lien s’était créé facilitant l’échange.

Transformer l’essai

Depuis, j’ai travaillé à distance – en visio-conférence – de nombreuses fois, ce qui m’a amené à analyser quels étaient les facteurs de réussite :

  • Etre à l’aise avec la visio-conférence,
  • Savoir instaurer une présence comme si on était en face à face, le client oublie l’écran
  • Avoir repensé les outils et supports pédagogiques pour les partager aisément, et travailler en mode interactif : le travail doit être fluide comme dans une salle de réunion ou de formation,
  • Maîtriser parfaitement son domaine d’intervention : si j’ose comparer avec la TV « le direct » ne pardonne pas. Au-delà de l’expertise, ce sont les capacités d’écoute, d’observation, d’adaptation, de réactivité qui sont démultipliées.
  • Etre et rester concentré : une séance de visio-formation demande beaucoup de préparation et d’énergie tout au long de la séance pour le coach ou le formateur, mais également pour le client. C’est le coach ou le formateur qui est à la barre.

Conclusion

Il est possible d’apporter la même qualité en visio-formation qu’en présentiel !

C’est un moyen d’épargner de la fatigue, des frais de transports, de gagner du temps, d’offrir un même service avec la même qualité où que la personne soit située.

Véronique LENFANT |Formateur et Coach SKILFI